J’ai vécu près de chez vous…Qui suis-je?(10)

Écrit par le 6 novembre 2020

Ma famille quitte Paris et s’installe à Villeparisis en 1819 pour des raisons d’économies et parce que mon père, retraité, voulait profiter de la campagne.

Nos voisins à Paris, la famille Berny, possédant une gentilhommière à Villeparisis nous vante le charme de cette région, et ma famille s’installe dans une maison à l’entrée du village, maison que M. Sallambier, cousin de ma mère accepte de nous louer.

Je refuse dans un premier temps de quitter Paris au prétexte de vouloir me consacrer à la littérature et mes parents me loge au 9 de la rue de Lesdiguières, dans une mansarde sous les toits, près de la bibliothèque de l’arsenal.

Lors d’une visite à Villeparisis d’une huitaine de jours en 1820, je donne lecture de ma première œuvre achevée, une tragédie titrée “Cromwell”.

L’accueil se révèle très décevant et sur les conseils de l’académicien François Andrieux, cet ouvrage ne sera jamais publié.

Je quitte alors Paris pour m’installer à demeure et occuper la chambre donnant sur le village.

Nous fréquentons naturellement les gens du lieu: Le Comte d’Orvilliers et son rival François Champs, grand propriétaire foncier installé dans la ferme St Victor et maire de Villeparisis. ainsi que les spécialistes qui travaillent à la réalisation du canal d’ l’Ourcq. L’ingénieur Surville épousera d’ailleurs ma sœur Laure en 1820. C’est d’ailleurs à l’occasion du mariage de mon autre sœurs Laurence que mon frère Bernard-François ajoutera la particule à notre nom.

A l’autre extrémité de la commune vers Meaux (actuellement rue de Ruzé) se trouve la maison de la famille Berny. Nos deux familles ont des relations amicales et Madame de Berny émet le voeu de me voir devenir le répétiteur de ses filles.

Madame de Berny a vingt-trois ans de plus que moi mais, auprès d’elle, je trouve la compréhension et l’affection qui m’ont tant manquées. J’en tombe éperdument amoureux et l’appelle la “Dilecta”,(l’aimée en latin).

Laure de Berny tentera de résister, mais un soir, début mai 1822, elle finira par céder à cette passion. c’est assis sur le banc du jardin de Mme de Berny que nous échangèrent avec Laure notre premier baiser un soir de mai 1822 Lorsque la maison des Berny a été démolie dans les années 1960, ce banc a été transporté au château de Saché.

« Mme de Berny a été comme un Dieu pour moi. Elle a été une mère, une amie, une famille, un ami, un conseil ; elle a fait l’écrivain. » 

Avide de gloire et de richesse, je me lance en 1825 dans l’aventure de l’édition avec l’aide financière de ma “Dilecta”. J’en sortirai ruiné. À cette même époque, je place chez un éditeur « Wann-Chlore », « Clotilde de Lusignan »  et « L’héritière de Birague »  écrits à Villeparisis.

17-19 rue Visconti – son imprimerie –

Durant les années 30, hormis une nouvelle tentative malheureuse dans la presse avec la création de la Revue parisienne, je ne me hasarde plus dans des projets aventureux. Je me contente d’être le cauchemar des éditeurs, en corrigeant sans relâche mes manuscrits. Je vais jusqu’à provoquer 17 allers-retours avec l’imprimeur avant d’accepter une version définitive. Je poursuit la rédaction de mon œuvre: “La comédie Humaine”.

Je m’inspire d’ailleurs de Laure de Berny et de notre relation pour camper Mme de Morsauf et l’intrigue du Lys dans la vallée qu’elle lira puisqu’elle meurt l’année même de la parution de ce roman.

Mes nombreuses conquêtes et même ma passion pour la Comtesse Hanska que j’épouserai en 1850 ne me feront jamais oublié ma “Dilecta”.

Vous n’avez pas trouvé ? Allez en page 2

Pages : 1 2


Les commentaires de nos lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En diffusion

Titre

Artiste

Background