J’ai vécu près de chez vous…Qui suis-je? (2)

Écrit par le 23 septembre 2020

1590 est une année noire pour Henri IV. Attaqué sur tous les fronts par les Espagnols et le duc de Savoie Henri ne se décourage pas, ce n’est pas dans son caractère. Mais son entourage remarque une forme de mélancolie qui le ronge. Pour ne rien arranger, ce grand amateur de femmes n’en a alors plus aucune dans sa vie. Il vit séparé de son épouse légitime, la reine Margot, depuis de nombreuses années. Au mois de novembre, l’écuyer du roi Roger de Bellegarde décide de distraire son maître en lui faisant la description alléchante d’une jeune plante d’à peine dix-sept ans qu’il vient de rencontrer et qu’il aimerait épouser Curieux, le roi demande à voir la belle. Erreur fatale !

Dès qu’il me voit le coeur du roi s’enflamme. Il faut dire que je suis l’incarnation de la beauté féminine telle qu’on l’entend à cette époque : Grande blonde bien en chair mais à la taille fine, la peau très pâle et les yeux d’un bleu céleste, les sourcils bien dessinés et le nez un peu aquilin

Mais je suis déjà amoureuse et je m’entête à refuser les avances du roi. ..Mon père, ma tante et mes oncles se réunissent alors d’urgence et j’ai beau tempêter, bouder, plurer, je dois me plier aux exigences de mon clan dévoré d’ambition. J’accepte enfin de devenir la maîtresse du roi.

Il m’exile alors hors de Paris sur la butte Montmartre ou j’y demeure pendant plus d’une année.

Voici la seule photo connue de ce qui restait de ma maison au milieu du 19ème siècle avant sa destruction et édification d’une école communale.

L’hôtel Marquelet à Meaux abrite les premiers temps de mes amours clandestines Puis j’ acquiers la jouissance du château de Quincy, jusqu’à ce que le roi me nomme «Marquise de Montceaux en Brie» (aujourd’hui Montceaux-lès-Meaux), en m’ offrant le magnifique château du même nom qui a appartenu à Catherine de Médicis. Le roi  vient fréquemment m’y rejoindre. J’y ai d’ailleurs poursuivi les travaux d’embellissement engagés par Catherine de Médicis en faisant construire de nouveaux bâtiments, et notamment les quatre pavillons d’angle.

Montceaux-lès-Meaux

Les années passant, je tiens véritablement le rôle d’une souveraine. Je loge dans l’appartement des reines au Louvre, dispose d’un aréopage de serviteurs et de dames de compagnie et me prête au jeu du lever et du coucher publics.

Le 7 juin 1594, je donne naissance à un fils, César.

Le tableau ci-dessous me représente avec une de mes sœurs. Même si ce tableau érotique est d’autant plus troublant qu’il est plus mystérieux, la tenue du mamelon est souvent interprétée comme une indication de ma grossesse et du lait maternel.

Avec mon fils, tout change. Pour qu’il puisse réellement succéder au roi il faudrait qu’Henri divorce de son épouse légitime Marguerite de Valois qui refuse catégoriquement de donner son accord, et qu’il m’épouse … De plus il connaît mon impopularité auprès du peuple qui m’a surnommé “La Duchesse d’Ordures”

La situation semble bloquée quand l’impensable se produit. Le 10 avril 1599, à 26 ans, je suis prise de violentes et atroces convulsions. Je décède brusquement , enceinte d’un quatrième enfant qui ne survivra pas.

Qui Suis-je ?

Pour le découvrir, allez en Page 2 …

Pages : 1 2


Les commentaires de nos lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En diffusion

Titre

Artiste

Background